• info@ogradie.org
  • (+225) 21 21 80 21 93 / 27 22 29 18 48
  • Abidjan-Bingerville Cité Lauriers 20
Vivre dans l’ignorance est un choix de vie mais connaitre son statut c’est encore mieux

Vivre dans l’ignorance est un choix de vie mais connaitre son statut c’est encore mieux

« Vivre dans l’ignorance est un choix de vie mais connaitre son statut c’est encore mieux » c’est ce qu’a révélé dame Kassi, travaillant fièrement dans la ferme commune réalisée par OGRADIE et ses partenaires.


En effet, veuve de trois enfants, cette dame tombait souvent malade depuis le décès de son mari en 2010 et ne pouvait plus exercer d’activité économique pour subvenir aux besoins de sa famille. Ses enfants de 9, 7 et 6 ans avaient arrêté d’aller à l’école faute de moyens financiers et étaient livrés à eux-mêmes. Alors qu’il devenait de plus en plus difficile de trouver un repas journalier pour sa famille, le propriétaire de la maison qu’elle louait à Abobo Anonkoi est venu un jour les vider pour plusieurs mois d’arriérés de loyer. C’est pour ces raisons, qu’elle est revenue vivre sous le toit de sa mère alors qu’elle-même est veuve, malade du sida et sans revenus stables. A la recherche d’une solution pour retrouver sa santé, dame Kassi avec l’aide de bonnes volontés, fit plusieurs consultations médicales sans obtenir de résultat probant. Après deux années de traitement qui se sont montrés inefficaces, dame Kassi ne se rendait plus à l’hôpital et préférait se soigner à l’indigénat. Ce qui n’avait d’effet que d’empirer son état de santé fragile qui se dégradait de jour en jour.

Désespérée, amaigrie et couverte de dettes, elle n’osait plus sortir de sa maison. C’est dans cette situation qu’elle fit la connaissance d’un conseiller du projet qui habitait non loin de chez elle. Après une séance d’écoute et de counceling, elle accepta de faire le test de dépistage du VIH qui s’avérera positif. Déjà préparée au résultat, elle revint nous voir avec grand soulagement. « Enfin je sais de quoi je souffre…» - nous dit-elle tout en nous présentant son bulletin d’analyse. Immédiatement prise en charge par le centre de santé, dame Kassi a été suivie et encouragée par les conseillers du projet pour une meilleure observance du traitement et aussi pour faire le test de ses enfants qui se révéla négatif. Au bout d’un mois de traitement, elle avait déjà repris sa forme et manifestait le désir d’entreprendre une activité économique pour subvenir aux besoins de sa famille. Avec l’aide du projet, elle bénéficia d’une ferme de lapins qu’elle cogère avec trois autres bénéficiaires. Et quand elle n’est pas à la ferme, elle vend du savon pour accroitre son revenu financier.

Ce qui lui permet désormais d’assurer le quotidien vital de sa famille. De plus grâce au soutien du projet, ses enfants ont été inscrits dans un établissement public de la place et ont bénéficié d’un kit scolaire pour reprendre le chemin de l’école. Dame Kassi a retrouvé le sourire et aide désormais les conseillers du projet à sensibiliser les autres femmes réticentes à faire leur test de dépistage. « Par ignorance j’ai failli perdre la vie…mais aujourd’hui, j’ai retrouvé ma santé et je me sens de nouveau utile pour moi-même, ma famille et ma communauté.» - ne cesse-t-elle de souligner comme pour témoigner sa gratitude à l’ endroit du personnel des généreux donateurs et pour démontrer toute l’importance de connaitre son statut sérologique.


NB: nous utiliserons des noms d'emprunt pour garantir l'anonymat des bénéficiaires.